Chroniques - Films·Sur grand écran

Ready Player One, le film

Poster de Ready Player One

 

Ca y est, six mois après avoir lu le livre, j’ai enfin vu Ready Player One ! Steven Spielberg a plutôt bien réussi le challenge de transporter cette histoire à l’écran. Evidemment, il y a des différences par rapport au roman d’Ernest Cline, mais honnêtement, ce n’est pas bien important ! Parce qu’on passe un super moment devant ce film : divertissement, action, humour, univers visuel détonnant. Les éléments principaux sont là donc franchement le fait que l’adaptation ne soit pas entièrement fidèle n’est aucunement gênant ! Au contraire.

Titre : Ready Player One

Date de sortie : 2018

Genre : Science-Fiction

Casting : Tye Sheridan, Olivia Cooke, Ben Mendelsohn, Simon Pegg…

Réalisation : Steven Spielberg

Basé sur le roman d’Ernest Cline Ready Player One.

Le pitch ?

2045. Le monde est un véritable chaos où il est de plus en plus difficile de vivre sans échappatoire. Les habitants de la planète occupent la majorité de leurs journées sur l’OASIS, l’espace virtuel sur lequel tout est possible et où « les seules limites sont celles de notre imagination ».

L’OASIS a été créé par un certain James Halliday et son acolyte Ogden Morrow. Quand Halliday meurt, le monde entier apprend qu’il a décidé de léguer toute sa fortune ainsi que la propriété de l’OASIS a quiconque remportera son jeu. Le but ? Trouver l’Easter Egg (littéralement oeuf de Pâques) caché dans son jeu, qui se déroule sur l’OASIS.

Wade Watts vit avec sa tante et son compagnon dans une des piles de caravanes de leur ville. Pour palier le manque d’espace, une majorité de la population est contrainte de vivre ainsi et Wade, qui ne roule pas sur l’or, souhaite plus que tout quitter cet endroit de misère. Il décide donc de participer à la course à l’Easter Egg avec son avatar Parzival, tout comme son meilleur ami Aech, dont il ne connaît rien d’autre que sa représentation virtuelle.

Pendant le jeu Wade tombe sur Artemis, une joueuse plutôt douée prête à tout pour arriver à son but et qui ne le laisse pas indifférent. Il découvre aussi d’autres rivaux qui pourraient bien devenir ses alliés. Mais il fait aussi la rencontre de Nolan Sorrento, grand dirigeant de l’entreprise IOI, qui cherche à s’emparer de l’OASIS et règne en maître sur la planète en pourchassant les endettés pour les enfermer et les mettre au service des classes supérieures.

 

Mon avis ?

L’univers du jeu vidéo est bien entendu omniprésent et les références à la pop culture s’affichent dès le début rien qu’avec la musique d’ouverture du film.

Les scènes de jeu dans la compétition de l’Easter Egg étaient bien tournées dans le sens où l’action ne prenait pas le dessus sur notre intérêt. Parfois dans certains blockbusters (oui, Ready Player One reste un bon gros blockbuster américain), je trouve les scènes d’action trop longues et inutiles, mais ici pas du tout ! Les choses s’enchaînent à grande vitesse et même si tout m’a semblé se résoudre trop vite, j’ai apprécié cette fluidité dans le film.

Les nombreuses références aux jeux vidéo rétro, aux vieilles consoles ou aux films cultes tels que The Shining de Stanley Kubrick pourraient facilement perdre les spectateurs, mais pas du tout ! J’ai trouvé qu’elles s’intégraient plutôt bien à l’action.

Certains changements par rapport au livre donnent une autre dynamique très intéressante à l’histoire. Finalement, ce n’est pas si mal que le film s’éloigne un peu du roman, même si on perd un peu le côté impressionnant et l’ampleur du pouvoir de l’IOI sur la population mondiale.

J’avais parfois l’impression de suivre un jeu vidéo en direct ! L’alternance de points de vue entre monde réel/espace cybernétique et la dichotomie entre corps biologique/avatar et corps/esprit donne encore plus de rythme et d’intensité au film. Le message de fond du film est le même que celui qu’Ernest Cline a voulu transmettre dans son roman. Sauf qu’ici, il a beaucoup plus d’impact !

L’OASIS est un univers impressionnant et j’ai beaucoup aimé voir l’évolution des personnages aussi bien dans ce monde-là que dans la réalité.

Avec Ready Player One, Steven Spielberg n’a pas réalisé le film du siècle. Malgré tout, on passe un excellent moment devant. La résolution n’a rien d’extraordinaire non plus, mais nous contente mine de rien.

J’avais très hâte de voir ce que Spielperg avait fait de Ready Player One et j’avoue que j’étais très sceptique avant de voir le film. Je ne comprenais pas réellement ce que Spielberg pourrait faire ni même pourquoi il s’intéressait à cette œuvre et surtout j’avais peur de me retrouver face à un blockbuster au lieu d’un film avec un message fondamental sur la société de consommation. Je dois dire que mon appréhension a vite disparu pendant le film. J’ai été totalement happée par l’action et finalement, même si le côté blockbuster est bien présent, l’idée de fond est bien là !

Ce qui m’a plu dans :

  • L’univers graphique attrayant : les effets spéciaux, l’espace virtuel, la sensation d’être dans un jeu vidéo
  • L’humour : les personnages principaux se lancent de bonnes répliques, malgré l’importance de leur quête, ils ne se laissent pas pour autant envahir par la peur et cette touche de légèreté apporte une bonne énergie au scénario
  • Le top 5 : des personnages principaux charismatiques et solidaires

 

Ce qui m’a déplu :

  • Le monde réel : petite déception car on n’en voit pas plus sur les conditions réelles de la société
  • Le duel Gentils / Méchants : vu et revu, l’adversaire démoniaque et son larbin semi-effroyable un peu idiot, l’assistante fidèle qui se rebelle à la fin et l’armée de « tueurs » qui suit les ordres du grand méchant… Ce schéma est un peu trop classique et rend l’histoire quelque peu « simplette ».

En bref…

Ready Player One fait passer un bon moment de détente et d’entertainment, même pour les moins connaisseurs des jeux vidéo. L’univers visuel est sympathique, l’action est constante, l’histoire intéressante et la fin… Je vous laisse juge !

Pour ma part, j’ai été agréablement surprise par cette adaptation de Ready Player One et même si le film n’aura peut-être qu’une popularité éphémère, il reste un bon film de SF à voir en famille ou entre potes. Un bon film pop-corn !

 

♠♠♠♠♠

 

 

Si vous avez aimé Ready Player One, vous aimerez peut-être :

Valérian et la cité des milles planètes

 

Max Steel

 

Pixels

 

Lire aussi : Ma book playlist de Ready Player One

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s