Chroniques - Livres·Gothique·Historique

The Shadow Hour de Kate Riordan

Entre Edgar Allan Poe et Jane Eyre, The Shadow Hour de Kate Riordan est un récit de secrets de famille, de tragédies et de mystères. Suspense, surprises et frayeurs laissent doucement place à la nostalgie et la mélancolie. Calme et énigmatique, The Shadow Hour marque les esprits. Avec The Shadow Hour, découvrez Kate Riordan, une auteur encore peu connue, mais résolument ancrée dans le genre gothique qu’elle sait remettre au goût du jour !

The Shadow Hour de Kate Riordan

Titre : The Shadow Hour

Auteur : Kate Riordan

Edition en anglais : Penguin (2016)

Genre : Gothique, Historique

Origine : Royaume-Uni

Pages : 502

 

Résumé

Harriet Jenner n’a que 21 ans lorsqu’elle ouvre les grilles de Fenix House, la grande demeure de la famille Pembridge. Elle est encore loin d’imaginer ce qui l’attend dans sa nouvelle vie de gouvernante à Fenix House et encore moins la malédiction qui l’entoure.

Environ cinquante ans plus tard, Grace, la petite-fille de Harriet, suit ses pas. Pour Grace, élevée aux histoires fabuleuses et ensorcelantes de Harriet, Fenix House est un véritable conte de fée, un lieu magique suspendu dans le temps.

Grace est à son tour engagée comme gouvernante à Fenix House, mais la demeure n’est plus ce qu’elle était et l’image parfaite que Grace entretenait tant n’a plus lieu d’être : en effet, la vieille bâtisse semble tomber en lambeaux et est plus lugubre que féérique. Grace va découvrir des choses étranges au sein de cette demeure, des secrets qu’elle n’aurait jamais pensé connaître à propos de la famille qui y vit et, à sa grande surprise, des secrets sur sa propre famille…

Un Gothic tale

The Shadow Hour contient des éléments classiques d’un roman gothique.

La demeure de Fenix House pour commencer ! Une grande bâtisse perdue dans la nature à laquelle on accède par un immense portail, une ambiance lugubre et creepy… La maison a l’air quasiment abandonnée depuis des années, alors qu’elle est bel et bien habitée. Les murs tombent en lambeaux. Enfin, vous voyez ? Le genre de maison où on n’a pas vraiment envie de passer la nuit.

La personnalisation des lieux est un autre élément typique du roman gothique. Ainsi, la maison du nom de Fenix House peut même être considérée comme un personnage à part entière. Les descriptions de Grace sont très complètes et on imagine facilement le décors de l’intrigue. Elle compare la réalité au fantasme qu’elle a fabriqué à partir des histoires de sa grand-mère Harriet. Dans son souvenir, Fenix House est un lieu plus raffiné et accueillant. C’est comme si elle avait dépéri en même temps que ses habitants.

À son arrivée à Fenix House où elle va travailler comme gouvernante pour la famille Pembridge, Grace est accueillie – un peu froidement -, par une femme « étrange » et peu aimable. Le maître des lieux ne se montre pas immédiatement, si bien que Grace se laisse prendre à penser qu’ils pourraient tous être des fantômes.

Et quand enfin, elle rencontre les membres de la famille, tous ont l’air malade, comme s’ils n’avaient pas vu la lumière du jour depuis plus d’une année !

Destins croisés

Le roman est raconté d’un double point de vue : celui de Grace en 1920 et celui de Harriet en 1880. Chaque point de vue se situe donc à une époque différente. Avec ce double récit, on comprend mieux pourquoi et comment Grace est arrivée à Fenix House.

La curiosité de Grace l’amène à enquêter sur les secrets de la famille Pembridge et notamment sur ce que cache le jeune garçon dont elle doit s’occuper, Lucas, qui apparemment souffre d’une lourde maladie dont elle n’a encore aucune information.

Elle compare inévitablement la maison qu’elle découvre avec celle que Harriet lui a décrite, sans y trouver une réelle ressemblance. Pourtant, en explorant les recoins de la maison, Grace va vite se rendre compte que sa grand-mère a marqué sa présence à Fenix House d’une manière très spéciale.

Grace n’est donc pas là pour rien : elle doit accomplir un devoir !

À chaque changement de point de vue, on a qu’une envie : retrouver l’autre côté de l’histoire. On suit deux récits juxtaposés qui finalement ne font qu’un. J’ai tout autant apprécié le récit sur Harriet et son histoire d’amour que celui de sa petite-fille Grace. Chaque récit a sa particularité et son style narratif, ceux-ci étant à deux époques distinctes. L’histoire d’Harriet m’a peut-être un peu plus emportée que celle de Grace qui sonne plus plate et moins mouvementée.

Une histoire à la Jane Eyre

Une gouvernante, une maison peu chaleureuse et lugubre, des bruits étranges provenant d’une pièce cachée ? Un rapprochement avec le maître des lieux, un chef de famille peu affable mais étrangement attirant ? Cela ne vous rappelle-t-il pas l’histoire de Jane Eyre ?

C’est exactement à Jane Eyre que j’ai pensé quand j’ai commencé ce roman ! Kate Riordan s’est clairement inspirée de Charlotte Brönté et ne s’en cache pas : entre la pièce cachée au grenier, un passé tragique et le thème du Dopplegänger… Tout y est ! D’ailleurs, Grace fait elle-même référence au roman Jane Eyre !

Ce qu’il faut retenir sur The Shadow Hour :

Un univers gothique : des lieux isolés et des personnages troublants

Deux histoires parallèle Grace/Harriet : des secrets de famille qui refont surface, une histoire de destin, l’histoire d’amour de Harriet

Le récit d’une quête : l’exploration de soi et la reconstitution d’un puzzle avec les vestiges du passé

Une dimension mystérieuse : la relation de Grace avec la famille Pembridge, le doute semé par l’auteur tout au long du livre

 

Ce que j’ai moins apprécié :

Les coïncidences prévisibles : malgré le mystère qui entoure l’intrigue au début, les explications m’ont souvent paru trop faciles

La différence de rythme entre les deux histoires : Grace suit plutôt les pas de sa grand-mère et cherche des indices sur son passé, mais le récit de Harriet était beaucoup plus fort car placé dans l’action, le suspense et l’attente

 

The Shadow Hour réussit à nous captiver avec les codes du roman gothique et son histoire inspirée de Jane Eyre. Le double point de vue présent/passé et Grace/Harriet donne du suspense et de l’intensité à l’histoire. Les récits se croisent et se rejoignent. Kate Riordan a une imagination débordante et une plume très agréable !

Un bon roman gothique qui saura vous transporter au début du XIXè siècle et vous donnera même quelques petites frayeurs par le mystère qui plane autour de Fenix House. Une lecture qui s’avère finalement reposante et terriblement addictive que je recommande à tous les fans de Jane Eyre et amateurs de romans gothiques plus contemporains !

 

Rien n’arrive par hasard dans The Shadow Hour !

♠♠♠♠

Kate Riordan s’inscrit indubitablement dans le genre Gothique avec The Shadow Hour. Elle a également écrit The Girl in the photograph et The Stranger.

Couverture de The Girl in the Photograph de Kate Riordan Couverture de The Stranger de Kate Riordan

 

Retrouvez d’autres romans de Kate Riordan sur le site de la maison d’édition Penguin.

Pour l’instant ses romans ne sont disponibles qu’en VO !

Vous aimerez The Shadow Hour de Kate Riordan, si vous avez aimé :

 

 

 

Rebecca de Daphné du Maurier

 

 

 

 

The Forgotten Garden de Kate Morton

 

 

 

The Little Stranger de Sarah Waters

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s