Chroniques·Policier/Thriller

Guilt – Jussi Adler Olsen


dossier64

Titre VF : Dossier 64

Auteur : Jussi Adler-Olsen

Edition en anglais : Penguin

Edition VF : Albin Michel

Pages : 592

Genre : Policier/Thriller

Origine : Danemark

 

 

Résumé

 

1987. Nete Rosen pensait avoir laissé son passé  traumatique derrière elle. Ses parents adoptifs et son mari bien-aimant ont en tout cas tout fait pour qu’elle puisse prendre un nouveau départ. Mais un soir, un homme de son passé resurgit lors d’une soirée mondaine où tout le gratin de la ville est là et chamboule tout le bonheur que Nete avait réussi à trouver. Sa vie est sur le point de se briser à nouveau.

Mais, elle n’a pas l’intention de revivre le même cauchemar. Non, elle ne sera pas une victime. Encore.

 

2010. L’inspecteur Carl Mørck du département des affaires classées de Copenhague enquête sur la mystérieuse disparition de Rita Nielsen, propriétaire d’une agence d’escortes. Ses recherches vont lui révéler que Rita n’est qu’une seule pièce du puzzle.

Il découvre qu’il n’a pas à faire à un simple accident, mais à une histoire pour le moins troublante, restée sous silence près de vingt ans…

 

Couverture VE (en anglais)

515qxmydhbl-_sx325_bo1204203200_

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Avis

 

Avec ce thriller danois, autant vous dire que je suis complètement sortie de ma zone de confort ! Ca faisait longtemps que je n’avais pas lu un thriller aussi prenant et profond.

J’ai d’abord eu du mal à rentrer dans l’histoire parce que les chapitres passent d’une époque à une autre, avec des flashbacks dans les flashbacks, des explications à n’en plus finir. Et je ne discernais pas le lien entre les deux histoires qu’on nous raconte au début. Et au fil de l’eau, les morceaux du puzzle ont commencé tout doucement à s’assembler. À partir de ce moment-là, je n’ai pas pu lâcher le livre.

Ce thriller est tout simplement captivant, dur d’un point de vue psychologique et complètement déprimant.

On fait face à une dualité et une inversion des rôles entre coupable, victime et bourreau. Ce thriller ne transmet pas une vision manichéenne du monde, bien au contraire. Chaque personnage montre des failles aussi bien dans le bon que le mauvais sens.

Le lecteur est omniscient ou presque : on sait quasiment tout, car à la différence d’autres policiers, on connaît déjà la cause du/des crime/s et également la méthode ! Tout se déroule sous nos yeux au fur et à mesure, mais alors qu’on pense tout savoir de l’affaire, la fin nous offre un véritable retournement de situation auquel, personnellement, je ne m’attendais pas ! À un moment où l’histoire commençait à m’endormir, j’ai été réellement surprise, au point que j’ai bien plus apprécié le roman.

Le scénario de Guilt est bien entendu inventé de toutes pièces, mais s’inspire quand même de faits réels: l’île sur laquelle les femmes désignées comme « anormales » sont envoyées et « ré-éduquées » a vraiment existé, ce qui fait froid dans le dos une fois qu’on le sait. Mais ça rend ce thriller encore plus poignant qu’il ne l’est déjà.

Certains personnages sont horribles, abjectes, notamment le personnage de Curt Wad dont l’idéologie de la pureté m’a complètement dégoûtée !

Je ne peux pas en dire plus sur ce roman sans vous spoiler sur l’histoire et son déroulement ! Tout ce que je peux vous dire c’est qu’avec ce roman, nos certitudes sont complètement renversées et c’est exactement ce que j’attends d’un thriller.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s